Blog des news

le Mardi 12 Octobre 2021

le Samedi 25 Septembre 2021

Dan Burton nous a quitté

Article du cross country magazine

Dan, chacune de nos trop rares rencontres était un moment de joie et de partage. Nous avons fait connaissance chez toi, il y a 6 ans, pour survoler le Dartmoor, déguster le meilleur Fish'n Chips de toute la Cornwall, et partager un barbecue avec ta charmante famille à Topsham.
Nous nous sommes revu chez moi, aux Manenses, lorsque tu préparais ta fabuleuse traversée de l'Europe avec Sacha et l'équipe de 'Flight of the Swans'.
Nous avons volé ensemble au Cercle polaire et admiré les aurores boréales.
Nous avons bu beaucoup de bières au Fly'In FreshBreeze que tu organisais chez David dans le Devon.
Puis plus récemment nous avons encore partagé de bons moments dans le sud ouest de la France.

Tu étais un veritable aventurier des temps modernes et tu me faisais rêver. Combien de fois, mon téléphone a bippé lorsque je recevais tes vidéos de vol en direct alors que j'étais souvent au taf, enfermé dans une salle de réunion avec des collègues pas toujours sympas! Tu me transportais alors quelques instants hors les murs en incarnant ta devise "One life, live it".

Au vu des centaines de témoignages émanant des 4 coins du globe sur les réseaux sociaux, nous sommes nombreux à qui tu vas manquer terriblement.
Condoléances à toute ta famille et à tes proches.
Mes pensées vont également à Sacha, qui doit vivre des moments très difficiles et à qui je souhaite un prompt rétablissement.

Patrice


J'ai contacté Dan pour la première fois par simple email pour quelques renseignements pour quelques copains qui venaient me rendre visite et voler dans sa région.
Mais ce n'était pas le genre de Dan de simplement me donner quelques infos.
Il nous a accueilli à bras ouverts pendant tout notre séjour, transformant nos quelques jours de vols en souvenirs inoubliables, et nouant des liens d'amitié avec chacun de nous.
Quand je pense à Dan, c'est ce qui me vient à l'esprit: son esprit d'aventure, son énergie.. mais surtout sa gentillesse, son amitié naturelle.
Ensuite, j'ai suivi, avec toujours beaucoup d'intérêt, ses aventures et on se croisait de temps en temps au détour d'un vol.
La dernière fois que l'on s'est parlé, cet été, c'était pour regretter que l'on ne puisse se croiser une fois de plus pendant son tour de Grande Bretagne parce que j'étais de retour en France.
Son dernier message était: "I will miss you". Et maintenant, c'est toi qui nous manque à tous Dan!
"One Life Live It!" était son motto et Dan le vivait au quotidien.
Dan, mes pensées vont vers ta famille en ce moment tragique.
Rest in peace my friend.

Fix
le Mercredi 15 Septembre 2021

Alex raconte son périple de 800 km en solo et sans assistance

2/9/21 - 15h30


St-Genix-sur-Guiers -> Bourbon-Lancy - 193 km



Tous les voyants sont au vert pour aller au MULM en paramoteur, au programme 400Kms Aller et 400Kms retour environ. Je ne pourrais pas me poser là-bas car les inscriptions sont fermées. Ma première partie de navigation me conduit en option A vers Gueunion si j'avance normalement et Bourbon Lancy en option B si les vents me sont favorables...
J'aurai du prévoir une option C avec les vents très favorables.
Je me pose à Bourbon Lancy avec encore une grosse heure de carburant. Il est 18h30 quand je me pose sans problème sur le terrain proche de la station que j'avais repérée au préalable. L'agriculteur qui me voit poser s'empresse de venir a ma rencontre pour savoir si je suis en difficulté. Je le rassure sur ce point là et lui demande a quelle heure ferment les magasins...19h, il ne faut pas trainer et il me propose de me déposer a l'Intermarché. Je laisse mon matériel dans son champ et nous voilà partis. Je fais mes quelques petites courses pour pouvoir manger ce soir. Tout se goupille très bien pour moi !

3/9/21 - 10:20


Bourbon-Lancy -> Blois-le-Breuil - 245 km



La météo ne s’était pas trompée, j’attends le milieu de matinée que la pluie s'arrête pour redécoller. Malgré le poids de ma machine et le peu de vent, j'arrive a prendre mon envol. Je continue donc direction Blois avec un vent d'Est qui me pousse généreusement. J'avais pensé faire un ravitaillement en route mais je réussis à faire cette fin de parcours en une seule traite. Je me pose donc en périphérie de Blois a 700m de mon hôtel. Je démonte ma machine et la stocke dans la chambre sous le regard médusé des employés de l’hôtel. Une fois mon rangement terminé, je pars en direction de l’aérodrome en stop pour rejoindre le mondial.



5/9/21 - 16h00


Blois-le-Breuil -> Sancoins - 170 km



Le jour J est arrivé. J'attends Julien qui doit venir récupérer ma machine et moi direction le salon ou j'ai eu le privilège d’exposer mon paramoteur aux cotés du chariot de Benoit.
Encore une belle journée de partage sur le salon à connaitre plein de pilotes et à partager et échanger sur cette belle passion commune.
Je décolle donc après la fin du salon au bout de 4 tentatives et merci a Florent de chez ITV pour le coup de main. J'étais obligé de faire un face voile et avec tout le matos, j'ai pris une bonne transpirée.
La navigation se passe assez bien mais les conditions sont fortes. L'analyse météo de la veille avec Benoit était juste. j'ai été obligé de voler assez bas pour ne pas subir de trop le vent d'Est. Je pensais pouvoir rejoindre Bourbon-Lancy mais je me pose du coté de Sancoins où les voisins se sont empressés de venir a ma rencontre pour savoir si j'avais besoin d'aide. Au final je suis invité à manger chez MR et MME Jaquard et c'est une super bonne fin de soirée pleine de chouettes discussions qui clôturera cette journée.

6/9/21 - 8h50


Sancoins -> Charolles - 117 km



Je décolle de Sancoins après avoir bu le café avec la famille Jacquard et remis du carburant dans mon réservoir. Ma seule façon de remercier ces braves gens est de faire toute une série de photos de leur maison.
Je reprends donc la direction de l'Est pour rentrer en Savoie. Le vent ne m'est pas favorable ce matin et j'avance pas très vite. Il est pas loin de 12h quand les conditions commencent a se faire plus dures, je consulte mon téléphone pour chercher une station service... j'en trouve une du côté de Charolles, un Intermarché, je n'ai plus qu'à espérer trouver un terrain praticable pour poser et c'est bingo ! Le foin vient d’être fait à coté de l'Intermarché, quel chance ! Je pose.
Je stocke mon matériel a l'ombre d'un chêne et démonte mon réservoir d’essence pour aller faire le plein. Je ne me presse pas, je prends le temps d'aller manger et me reposer, je suis bien fatigué de ce weekend et je n'ai pas envie de précipiter mon retour, j'ai encore une semaine de vacance donc aucune pression en terme de temps.

6/9/21 - 17h00


Charolles -> St-Genix-sur-Guiers - 154 km


Je redécolle vers les 17h après avoir laissé passer le plus gros de l'activité thermique. Les conditions sont idéales et j'ai même le privilège de croiser une montgolfière. Je chemine paisiblement a travers la plaine de l'Ain pour rejoindre mon décollage d'origine. Les montagnes sont là est je me laisse monter jusqu’au plancher de la TMA de Chambéry à 1600m pour couper mon moteur vertical terrain et me laisse descendre pour enfin poser a St Genix. La boucle est bouclée.
le Mardi 7 Septembre 2021

Le message est passé !!

C'était en direct live, sur le podium du MULM, lors de la remise des prix de la CFDM 2020.
Le message de Claude [Tremoulet] à la FFPLUM à propos de leurs absences assidues aux rassemblements d'Anères est assez clair !

"
... à chaque fois, on accueille environ 150 pilotes ... ca fait la 7e année, on a déjà reçu entre 500 et 600 pilotes sur la base ULM de Anères. Alors je vais faire passer un petit message auprès de la Fédé.
J'attends toujours leur visite, hein, je ne vous ai pas encore vu chez moi ! J'espère que çà ne va pas tarder. Vous m'avez toujours fais croire que vous viendriez ... mais je ne vous ai jamais vu !
D'accord ? Ok ?"



Voir la vidéo
le Vendredi 30 Juillet 2021

Adieu Henri

La cérémonie de crémation a eu lieu le mardi 10 Aout à 10h30 à Cornebarrieu et l’inhumation de l'urne à 15h le même jour à Labarthe sur Leze.
Une messe a été célébrée à l'église de Labarthe sur Leze à 9h30 le 5 Septembre.




Triste nouvelle les amis, Henri Fiorido est décédé ce matin 30 Juillet 2021 suite à un crash la veille vers 8h30, aux commandes d'un pendulaire sur la base ULM du Fousseret (31).
Nous n'en savons pas plus pour le moment.

Henri faisait partie des piliers du paramoteur en région toulousaine, il avait obtenu le brevet Paramoteur il y a dix ans et le brevet pendulaire cette année.

Henri était très actif pour la communauté des pilotes. Il nous prodiguait ses précieux conseils sur les radios et la photo, dont il avait la passion. Mais surtout, il avait à coeur de faire la promotion de l'activité paramoteur grâce à sa mailing list, ses photos et à ses présentations qu'il faisait au public local pour nous faire accepter.
Consultez ses récits de vols (filtrez sur son pseudo = HF) : il a déposé plus de 3000 photos sur paravroum.com et des centaines de commentaires passionnés sur les vols qu'il effectuait.

Très intéressé aussi par l'informatique, il me faisait souvent part de "bugs" ou d'améliorations possibles sur l'utilisation du site, toujours de façon précise et très bienveillante. Nous échangions encore par mail avant-hier sur un détail technique !
Henri était donc pour moi non seulement un ami, mais aussi un co-équipier dans l'aventure digitale de paravroum.com.

Henri, tu vas nous manquer.

Patrice [patrice]


Henri
tu finissais avec brio ta formation pendulaire alors que de mon côté, je commençais la mienne. Au delà du paramoteur, c'est avec toi et ton copain Georges, que nous échangions souvent à Castelvert, le samedi matin, sur la rigueur mais aussi les sensations immenses procurées par le pendulaire.
C'est avec beaucoup de tristesse que j'arpenterais le hangar en pensant à ces échanges.
Adieu l'ami

Guy [guydalbi]


Une bien triste nouvelle qui aurai dit.......
Dans ma photothèque, j'ai retrouvé ces photos: Album photo d'Henri

Alain [Croix Occitane]




Henri,

Je t'ai connu le 12 octobre 2011, à St Lieux les Lavaur. Tu avais une certaine crainte car c'était ton premier vol 'lâché' ...
Avec nous tu as pu voler au dessus des nuages et, comme tu le disais si bien à la radio: "C'est magique !". Puis ce fut le retour en douceur sur la base.
Ton sourire en disait long.
Aujourd'hui, j'ai appris que tu venais de nous quitter brutalement, en pratiquant ta passion à bord d'un pendulaire. Je suis très attristé de perdre un ami si généreux, si serviable...

Georges [31GZ]



Henri,

Je me souviens de la première fois que je t’ai rencontré, j’ai eu l’impression que nous nous étions connu à l’école primaire. Ton sourire, gravé sur ton visage, facilitait ton approche et le flot des mots et des sujets de conversations ne s’arrêtaient, quand nous étions au téléphone, que parce que c’était minuit passé.

Tu étais venu jusqu’à Riscle et nous avions démonté, ensemble, le carburateur de ton Polini. Tu étais curieux de tout, jusqu’au jour où je t’ai guidé pour que tu remplaces, toi-même, le stator du même Polini. Quelles rigolades quand je t’ai fait raccorder le fil vert avec le fil bleu et le fil rouge avec le fil blanc. Et quand le moteur a redémarré, je crois bien que tu m’as tenu plus de deux heures, au téléphone. Je me souviens de ce grand moment qui a donné naissance à la confiance entre nous et à l’Amitié. Ton Amitié, tu l’as témoignée par ta présence à toutes les rencontres de pilotes, à Anères où tu as, très largement, contribué à remplir les boîtes mails des mairies de Neste-Barousse, de tes superbes photos et de tes gentils commentaires.

Henri, nous n’aurons malheureusement plus l’occasion de nous rencontrer sur un terrain, c’est avec une très grande tristesse, que j’ai appris ton décès, ce matin.

Le destin a voulu que tu sois parti en volant, vers un autre monde. Nous devions nous revoir, à Anères, à la fin Août. Nous ne manquerons pas d’évoquer tous les bons souvenirs que nous avons tous passé avec toi.

Adieu l’Ami, adieu Henri.

Je joins trois photos du 16 août 2017

Claude [tremoulet]



Plus que triste nouvelle, je suis effondré par la disparition subite de notre ami Henri FIORIDO.
Lors de ma formation il y a quelques années, il m'avait fait essayer son chariot à Baraignes et c'est pour cela que j'ai acheté le même et par la suite grâce à ses conseils, apporté diverses modifications sur celui ci.
Nous communiquions souvent sur nos machines, ses innombrables photos qu'il m'envoyait et dernièrement sur les vidéos de ses vols en pendulaire.
Il y a quelques jours, j'étais encore avec lui au téléphone à parler à n'en plus finir de vols et de sa dernière vidéo postée...
Sa brusque disparition m'émeut au plus haut point... Je pense à lui, je pense à tous ses proches...

Adieu mon ami, adieu mon copain

Jacques [Jacquesdu11]


Henri,

C'est dans le ciel que je t'ai connu, au dessus de la Piège où nous volions côte à côte, ce n'est que plus tard que nous nous sommes rencontrés sur un terrain.

Je garderai l'image d'un homme souriant particulièrement sensible à la camaraderie et l'amitié. Toujours disponible à nous faire profiter de tes connaissances en mécanique, informatique et j'en passe mais aussi tes vols émerveillés.

Tu as rejoins notre ami Alain dans ta passion, jusqu'au bout.

Grande pensée à ta famille.

Bon voyage vers l'autre rive.

Adieu mon ami.

Olivier [Volovent]


C'est avec retard et sidération que j'apprends la disparition d'Henri FIORIDO.
Nous avions forcément échangé quelques mails lors de ses homologations à la CFDM.
Depuis 2017, il mettait un point d'honneur à participer tous les ans.
Je m'associe par la prière à vos derniers hommages et présente naturellement mes condoléances à sa famille.

Quelle tristesse.
Portez-vous tous bien.

Julien [Julien67]
le Samedi 3 Avril 2021

[FFPLUM] Situation Covid après le 3 avril 2021 pour les vols en ULM

Vols de loisir


Les vols de loisir, seul à bord ou avec une personne du même foyer, sont autorisés entre 6h et 19h dans un rayon de 10 km autour du domicile du pilote. Attention : le droit d’accès dans une zone de 30 km (achats professionnels et livraisons à domicile, déménagements et rassemblements autorisés qui pouvaient éventuellement être exécutés par ULM) a été supprimé par le gouvernement le 20 mars 2021.

Vols d’instruction


L’instructeur peut se déplacer sans limitation de distance car c’est une activité de formation; il en va de même pour son élève et pour autant, et seulement pour autant, que le vol soit un vol d’instruction, c’est-à-dire un vol engagé sous contrôle et responsabilité d’un instructeur. Pour mieux formaliser les choses, l'instructeur peut envoyer un mail à son élève pour lui fixer un rendez-vous de formation.
Il conviendra tant pour l’instructeur que pour l’élève de se munir de « l’attestation de déplacement dérogatoire entre 6 heures et 19 heures » et en cochant la case 6 de (formation) de l’attestation de déplacement dérogatoire « jour », notamment pour se rendre au terrain d’aviation situé a plus de 10km de leurs domiciles.

Vols autorisés hors instruction au-delà des 10 km


Dans le cas d’un vol hors instruction, le pilote et son passager devront justifier sur leur attestation :
  • d’un motif de déplacement professionnel
  • de se rendre à un examen
  • de se déplacer auprès d’un atelier en vue d’une maintenance ou d’une réparation de son aéronef
  • de se rendre à une convocation administrative.
Hors vol d’instruction, vol de nature ou à but professionnel ou vol justifié, tout pilote est soumis à la règle des 10 km autour de son domicile entre 6h et 19h.
Il est évidemment prescrit de pouvoir justifier des motifs légitimes du ou des vols engagés à travers l’attestation de déplacement dérogatoire jour.

Vols de découverte et baptêmes


Dans le contexte sanitaire actuel particulièrement difficile avec une forte croissance de la pandémie et dans un souci de responsabilité collective, nous ne pouvons que fortement déconseiller les activités de baptêmes et vol de découverte, même en respectant les conditions requises d’un vol à savoir : Tant le pilote que le passager – dès lors que les deux n’entrent pas dans la catégorie des vols autorisés - ne doivent pas s’éloigner à plus de 10 km de leurs domiciles respectifs (justificatif de domicile ou case 1 ) entre 6h et 19h.

Sur un plan général


Il va de soi que toutes les mesures de protection sanitaires et gestes barrières doivent être strictement appliqués aussi bien dans nos infrastructures que dans sur nos aéronefs, et dans les cas de vols avec 2 personnes à bord notamment pour les cabines fermées nous vous recommandons de conserver les coordonnées des passagers afin d’assurer la traçabilité en cas d’infection.
En tout état de cause, nous vous confirmons le fonctionnement des garanties d’assurances aériennes en cas d’accident pour les licenciés assurés auprès de la FFPLUM.
Quel qu’en soit les motifs il ne nous semble pas opportun d’effectuer des vols pendant les horaires de couvre-feux (19h00-6h00) ;
Toutes ces recommandations sont exprimées sous réserve de l’actualisation de ces dispositions, consécutives à la publication de nouvelles mesures gouvernementales.

Bons vols avec prudence, en continuant à prendre soin de vous et des autres.

Sébastien Perrot
Président de la FFPLUM
le Mardi 9 Mars 2021

Du calcul des distances, des durées, des vitesses et de l'enveloppe convexe ...

Le résultat du calcul des distances et des vitesses, effectué à partir des traces GPS déposées par les pilotes, peut significativement varier selon la méthode qu'on utilise.
Je vous livre ici quelques informations sur la manière dont c'est fait par le site paravroum.com.

§1. Le temps de vol


Ce temps est calculé en considérant qu'il faut avoir une vitesse minimum de déplacement pour être considéré comme "en vol", ceci afin de ne pas tenir compte des temps de préparation au sol ou de repliage de voile avec le GPS allumé.

Ce seuil doit être :
  • - suffisamment élevé pour ne pas compter les temps d'attente ou de marche au sol,
  • - suffisamment bas pour ne pas considérer un atterrissage alors que le pilote est scotché en l'air face au vent.
Paravroum considère une vitesse minimale de 10 km/h pour 'déclencher' le chrono et déterminer l'heure du décollage puis pour arrêter le chrono et trouver l'heure de l'atterrissage.
Si votre GPS prend en compte tous les points depuis son allumage et jusqu'à son arrêt, il va donc vous indiquer une valeur bien supérieure à celle-ci.

Quand au temps indiqué sur votre compte-tours, il inclut le temps de chauffe de du moteur, alors que vous étiez à l'arrêt, il diffère donc d'au moins quelques minutes par rapport au temps de vol ... mais son cumul reste très utile pour faire la maintenance de votre moteur.

§2. La distance parcourue


La distance parcourue en vol est très dépendante du niveau d’échantillonnage des points de mesure. Si on on prend en compte tous les points, ce que fera votre GPS, la mesure de la distance peut être "polluée" par les petits mouvements. Par exemple, la trace d'une sellette sous une voile avec un fort roulis fait des 'zig-zag' et cela augmente la distance parcourue du même pilote effectuant le même trajet sous une voile sans roulis.
C'est un peu comme si on mesurait la longueur des côtes francaises sur une carte IGN et qu'on aille vérifier la mesure directement sur le terrain en faisant le tour de chaque rocher avec un double décimètre ... on ne trouvera pas le même résultat, et on dira que la carte est fausse ;o)

Paravroum échantillonne à 1 mesure tous les 6 points (soit 1 mesure toutes les 6s sur la plupart des GPS) pour éliminer ce biais des 'micro-mouvements' et pour augmenter la vitesse de calcul.

§3. La vitesse moyenne


La vitesse moyenne est calculée simplement en divisant la distance totale du §2 par le temps de vol du §1.

§4. La vitesse maxi


Votre GPS vous indiquera (ou pas) la vitesse maxi si votre sellette l'a atteinte durant 1 mesure soit 1 ou 2 secondes pour la plupart de GPS. En cas de mauvaise réception, certains GPS peuvent aussi annoncer très transitoirement des vitesses farfelues qui dépassent les 150 km/h ...
Paravroum ne retient pas cette vitesse instantanée qui n'a été atteinte qu'une poignée de secondes. La vitesse maxi est moyennée sur 5 mesures glissantes. A raison d'une mesure tous les 6 points, c'est donc la vitesse moyenne maximum qui a été "tenue" pendant 30 secondes qui est donnée par Paravroum. Elle sera donc toujours inférieure ou égale à la vitesse maxi instantanée affichée sur votre GPS.

§5. L'enveloppe convexe


L'enveloppe convexe est calculée grâce à un des algorithmes trouvé sur le net, mais en échantillonnant 1 point sur 6 comme au §2. Et les résultats sont bons, voir le dernier paragraphe.

Toutes les valeurs sont donc fausses ?


Ben oui :0) car les erreurs sont multiples:
  • - l'erreur de mesure du GPS. Elle est très variable selon qu'on utilise son smartphone, souvent de précision médiocre, ou un GPS dédié "aéro".
  • - l'erreur due à l’échantillonnage des mesures, bien qu'on ait vu que parfois ils peuvent rendre la mesure plus réaliste (on fait le tour du rocher ou on tire un trait ?)
  • - l'erreur due au moyennage des valeurs de vitesse, même si là aussi tout dépend ce que l'on recherche à mesurer (les 82 Km/h qu'on a tenu 4 secondes pendant un 3.6 ou les 78 km/h à fond de barreau pendant 30 bonnes secondes)
Sans compter que «la mesure perturbe la mesure», que le simple fait de mesurer un phénomène modifie celui-ci et qu’on n’observe donc jamais la réalité ... ce qui est un autre débat.

Benchmark CFDM


Après avoir mené plusieurs tests de comparaison "Paravroum vs CFDM" tout en jouant sur ces paramètres (§1 seuil de vitesse mini, §2 échantillonnage des mesures et §3 moyennage des vitesses) je suis arrivé à des différences de l'ordre de :
  • ~ 0,2 % sur les temps de vol => de 0 à 1 mn
  • ~ 1,5% sur la distance parcourue => jusqu'à 2 km
  • ~ 0,3 % sur l'enveloppe convexe => de 300 à 500 m
  • ~ 2,5 % sur la Vitesse moyenne => de 0,5 à 2 km/h
J'ai donc considéré qu'il s'agissait d'un bon compromis entre la précision atteinte et le temps de calcul (afin d'afficher rapidement les résultats d'une trace).
A noter que les fichiers GPX ou IGC donnent des résultats similaires, que ce soit en temps de traitement ou en précision. Pour les compétitions de vol libre, c'est le format IGC qui est utilisé.

§6. Identification des terrains


Une fois l'heure de décollage trouvée (§1), on récupère les coordonnées (latitude/longitude) de ce point et on les compare à celles des 1100 terrains de la base Paravroum pour trouver le plus proche. On retient ce terrain comme étant le déco (le plus probable) uniquement si ces 2 points sont distants de moins de 5 km.
Idem pour l'atterro et le tour est joué.

S'il s'agit d'un nouveau terrain dont le nom a été déclaré par le pilote, sa localisation sera renseignée dans la base grâce à la trace du vol. Ce traitement (la nuit, en batch) vient automatiquement enrichir la base. De plus, les coordonnées de ce terrain seront confirmées et améliorées en précision en tenant compte de toutes les traces produites à partir de ce même terrain.

Bons vols à tous, avec ou sans GPS
Patrice
le Lundi 18 Janvier 2021

Exit 2020, Bienvenue 2021

L'année 2020 fut extraordinaire, et notre activité en aura été bien impactée.

Les statistiques disponibles dans la base de données paravroum montrent une légère diminution du nombre d'heures de vol, avec une baisse de seulement 3 %. Mais ce chiffre est biaisé car, dans le même temps, le nombre de pilotes qui saisissent leur carnet de vol sur le site a augmenté.
Les créneaux ont été moins nombreux, mais les pilotes ont su en profiter, y compris (pour les plus chanceux dont votre serviteur) en effectuant des vols "confinés" pendant les périodes de liberté surveillée. L'activité CFDM témoigne également de l'activité aéronautique soutenue des pilotes de paramoteur en 2020.

Mais nous restons sur notre faim: Un indicateur fort de notre impatience et de nos attentes pour 2021, c'est la vitesse à laquelle les inscriptions aux rencontres d'Anères (Mai et Août) se sont remplies.
Le nombre de pilotes par jour est volontairement limité, afin de réduire les nuisances sonores et tenter de maintenir ces rencontres pérennes dans le temps.
A peine 3 semaines se sont écoulées et déjà certaines journées sont complètes ! C'est un signe...

Nous sommes tous avides de voler, mais aussi et surtout impatients de nous rassembler, de vivre des moments de convivialité et de discuter de notre passion de vive voix, avec ou sans masques. Heureusement, Claude (alias tremoulet) est là pour nous donner l'espoir de bientôt nous retrouver.

Et comme le propose Claude, les rencontres sur plusieurs jours encouragent les pilotes qui viennent de loin à faire le déplacement. Il faut espérer que d'autres pilotes, d'autres clubs, auront l'initiative d'organiser des rencontres cette année dans leur région.
Le site paravroum.com est à la disposition de ceux qui veulent organiser un évènement, que ce soit pour en faire la promotion ou pour gérér les inscriptions. Et des améliorations sont toujours possibles, il suffit de m'en parler.

Comme il n'est pas encore trop tard, je vous souhaite une formidable année 2021, une très bonne santé pour vous et vos proches, et de nombreux et inoubliables vols.

Patrice
le Dimanche 29 Novembre 2020

Les joies du vol confiné


Sachant que:

a) 2 pilotes habitent à 19km l'un de l'autre et ne doivent pas s'éloigner de plus de 20km de leur domicile respectif;

b) l'intersection des 2 disques qui forment leur espace de liberté est entamée dans sa partie Ouest par la CTR de Blagnac qu'ils ne doivent pas pénétrer;

c) ils disposent de 3 h, convoyage inclus;

d) les conditions météo sont excellentes, avec 10 km/h maxi de NW.

Question:
Peuvent-ils faire un vol en patrouille dont l'enveloppe convexe dépassera 40 km pour être homologuée à la CFDM ?

Sortez vos machines, il vous reste 1h30 !

...1h30 de bonheur sacrément contraint, mais c'est si bon ;o)
le Jeudi 20 Août 2020

Souvenez vous de vos sorties

En ces temps de confinement, il est agréable de se rappeler du bon temps que nous avons pris ces derniers mois ou ces dernières années.

Il est maintenant possible de consulter les sorties passées et de retrouver quels étaient les participants, les photos prises lors de la sortie et d'avoir quelques statistiques grâce aux vols déposés sur paravroum.

Il est également possible, pour les pilotes qui déposent leurs traces sur paravroum, de visualiser l'ensemble des traces déposées lors d'un rassemblement.

Bon surf, en attendant des jours meilleurs

Patrice
le Samedi 1 Août 2020

Clap de fin de la Rencontre de pilotes Juillet 2020 à Anères

Bonjour à toutes et à tous,

Dimanche soir, j’ai quitté la base ULM d’Anères en dernier, il n’y avait plus personne, pas un bruit ……

C’était la quatrième édition des Rencontres de pilotes, tout s’est déroulé dans la convivialité et la bonne humeur.

La météo nous a permis de voler tous les jours, il y a eu plus de 250 décollages et 25 montées au dessus du Pic du Midi de Bigorre.

Il n’y a pas eu d’accident, ce sera notre plus grande satisfaction.

Concernant les nuisances sonores, l’interdiction de survol du village du Boila a été respectée, par contre, il y a des pilotes qui ont survolé le village de Cantaous et de Tuzaguet, très proches de la zone d’envol.

Une personne de Cantaous est venue me signaler plusieurs passages de paramoteurs au dessus du village et le Maire de Tuzaguet, m’a gentiment téléphoné, hier, en me demandant de retarder l’heure des décollages, le week-end.

Des pilotes m’ont avoué qu’ils n’avaient pas lu les documents que j’avais envoyés, je trouve que ce n’est pas une attitude très responsable.

J’ai constaté également que quelques pilotes, malgré mes recommandations, ont décollé, plusieurs fois, sans la radio et d’autres ne respectaient pas toujours la hauteur par rapport au sol, avant de quitter la zone de décollage.

Il y a encore beaucoup de travail de sensibilisation auprès des pilotes, dites-vous bien que la zone de vol ne nous appartient pas, nous devons la partager avec tous les habitants de la région que nous survolons.

La formule des Rencontres de pilotes de paramoteur d’Anères, d’une durée d’une semaine, est unique en France, des pilotes viennent de très loin pour y participer, il ne faut surtout pas gâcher cette chance que nous avons, de pouvoir nous rencontrer, de nous connaître, de vivre des moments de convivialités inoubliables et de pouvoir voler au dessus d’une superbe région montagneuse.

De nombreux rassemblements n’existent plus, dans notre pays, les causes, vous les connaissez bien, je ne vais pas les rappeler.

Toute l’équipe du Club d’An’AIR se joint à moi pour vous remercier de votre générosité, vos contributions nous permettrons de faire des travaux pour améliorer votre confort, pendant les prochaines rencontres.

Je tiens à remercier Bruno RASCALOU, président du Comité ULM Occitanie, pour sa visite.

Je tiens à remercier, une fois encore, tous les membres actifs, de ce Club, pour leur implication dans l’organisation de cette Rencontre et pour nous avoir offert la sangria de bienvenue, je remercie les pilotes paramoteurs du Club, pour leur aide précieuse sur la piste et pour leur aide matérielle.

Nous vous souhaitons, à toutes et à tous, un bel été et nous vous disons à une prochaine fois, pour vivre et partager d’autres bons moments de convivialité.

Claude et toute l’équipe du Club d’An’AIR
le Lundi 8 Juin 2020

Portes Ouvertes P2Air64



Privé de Mondial Air Paramoteur, P2air64 ouvre les portes de son atelier le samedi 27 juin 2020.

Vous pourrez y découvrir toutes les gammes de châssis et de chariots, ainsi que les nombreuses nouveautés.
Café offert, possibilité de pique-nique sur place.
Échanges et bonne humeur au programme :)

Conformément aux recommandations sanitaires, du gel hydroalcoolique et des masques à usage unique seront mis à votre disposition.

Je vous attends donc au:
2 route d'orthez 64150 Vielleségure
Coordonnées GPS: 43,3730225, -0,6926674

Si besoin de renseignements appelez-moi au 06.46.67.82.95

Jean Jacques Pèdezert
le Jeudi 21 Mai 2020

Le déconfinement selon Emeric

La distanciation physique est à peine respectée

La reprise est là, enfin !

7 vols en 8 mois, jamais mon carnet de vol n'a connu telle disette.
Heureusement tous les copains d'avant sont présents à l'appel du ciel. Je dis "heureusement" tant la fragilité des individus en question, les causes de comorbidité : alcool, tabagisme, surpoids, grand âge, sont chez eux, nombreuses. Passé les effusions à 2 mètres de distance, nous nous empressons de déployer nos ailes poussiéreuses sur le nouveau pré que Papayou nous a déniché chez une riche veuve de sa connaissance, à moins que ce ne soit une de ses vieilles filles de ferme lauragaise qu'il a seul l'art de dérider avec sa langue fleurie et patoisante.

Paradis vert

Les premiers tours de bielles se font entendre, les échappements laissant s'enfuir des colonies entières d'araignées paniquées par le réveil improbable de ce Vésuve à deux temps soudain ressuscité. Le léger vent d'ouest, appelé ici avec une pointe mépris, vent de Saint Gaudens, comme si quelque chose de bon pouvait venir de la capitale du Comminges, le léger vent, dis-je, disperse l'odeur de rouille graisseuse qui avait envahit les cylindres polonais.
Mon TREX, roi des machines et machine des rois, ronronne comme un vieux matou mais c'est un tigre qui me propulse après une brève course dans le bleu limpide et chaud qui enveloppe le Lauragais ce soir.
On vient te chercher Papayou...ne bouge pas de là

Mes compagnons de sol, engourdis par deux mois de confinement avec maman tardent à me rejoindre. Je pars donc seul à travers la Piège, sauvage enclave coincée entre Aude et Ariège, c'est dire si elle est sauvage. C'est donc toujours aussi bon d'être un oiseau ? Comme le prisonnier de guerre retrouvant sa bien-aimée, je savoure chaque contour du paysage, chaque rayon de lumière sur les blés irisés, chaque soubresaut que l'aérologie joueuse me donne avec la délicatesse du chat jouant avec une plume. Les rares échos de la radio me confirment que je suis seul dans cette immensité saturée de vert. Ce n'est que sur le chemin du retour que je retrouve Alain, Cédric et Papayou qui batifolent comme des marmottes aux premiers jours du printemps...jusqu'à ce que le moteur de Papayou, sans doute victime de son traitement préventif à la chloroquine, s'arrête net.
Il en faut plus pour perturber notre vieux libériste ariégeois qui se pose dans un mouchoir de poche, hélas, nous l'allons comprendre à nos dépends, loin de tout chemin pavé.
Vous reprendrez bien un peu de Canigou ?

Cette fois il faut rentrer, l'heure avancée permettant tout juste d'assurer le posé, le rangement, l'apéro, le gâteau et enfin la récupération du naufragé. L'histoire nous confirmera que nous avons bien fait de respecter scrupuleusement cet ordre, la récupération à 22h30 s'avérant plus laborieuse que prévue, entre un pilote en radio mais sans téléphone, un récupérateur au téléphone mais sans radio et des piqueurs égayés à la 8.6 sans lampes de poches.
Qu'importe ces péripéties, au risque de froisser les pessimistes et les complotistes de tous poils, je clame haut et fort que l'inventeur de la tondeuse à nuage démontre s'il en était besoin, la supériorité de l'homme sur le pangolin.

Emeric, le 20/5/2020
le Dimanche 5 Avril 2020

Spéciale Confinement







le Mardi 17 Mars 2020

L'Aviation de loisirs clouée au sol


Conformément à l'annonce de la CFDM, les traces ne peuvent plus être envoyées à la CFDM via le site paravroum jusqu'au 31 Mars.



Communiqué DGAC à l'attention des pilotes de vols de loisirs


Dans la lutte contre la propagation du virus covid-19, et en application du décret du 16 mars 2020, les contacts et les déplacements doivent être réduits à leur plus strict minimum.
...
Il découle de ce qui précède que tout déplacement en vue de réaliser un vol de loisir ou d’activité sportive est interdit. Ainsi les vols en question sont de facto impossibles, notamment, les vols solo, d’instruction, d’entrainement, de baptême ou de découverte.
...
De nombreux pilotes sont pleinement respectueux des règles ci-dessus mais des cas de vols de loisirs ont été constatés. L’exemplarité de l’aviation légère et sportive est attendue dans cette crise sanitaire avec un respect rigoureux de l’interdiction rappelée ci-dessus dont tout manquement est punissable et négatif pour toute la communauté aéronautique.
le Mardi 4 Février 2020

ALERTE - VOL DE MACHINE



Le paramoteur de Christiane a été volé une nuit de la dernière semaine de janvier 2020 dans le parking souterrain de son immeuble à Cugnaux.
Si vous l'apercevez en vente quelque part ou sur un site internet, merci de contacter Christiane au : 06 03 32 05 69.

Description :

Paramoteur décollage à pied M'PY C Max 175 monocylindre 2 T
avec démarreur électrique et démarreur manuel.
Filtre à air, sellette et hélice en bois marqués M'PY.
Filtre à air avec mention 175 cc.Moteur de la marque CiscoMotors.

Les photos:




le Mercredi 1 Janvier 2020

Excellente année 2020 à tous les pilotes et leurs proches

Changement de decennie ! Donc changement de look ;o)
Bon surf en 2020

le Vendredi 27 Décembre 2019

Autopsie d'une réparation

Tremoulet a réparé mon Moster suite à un serrage en vol. Voici son récit détaillé qui est plein d'enseignements.
Le fichier PDF est disponible ici
Joyeuses fêtes



Voici ce qui s’est passé sur un Moster 185, une trentaine de secondes après le décollage, pendant la prise d’altitude: piston percé et blocage des roulements du vilebrequin à cause des projections de l’aluminium en fusion.



photo
Fragments du piston retrouvés dans le carter bas moteur


Après avoir retiré l’embrayage, je constate beaucoup de poussière d’embrayage
sur le carter du bas moteur.
Cette poussière est issue du frottement de l’embrayage à l’intérieur de la cloche.
Cette poussière abrasive se colle sur la lèvre du joint SPI et finit par créer une rainure sur le vilebrequin.
Lorsque cette rainure deviendra un peu trop profonde, la poussière atteindra la lèvre d’étanchéité, à l’intérieur du joint SPI et l’usure du vilebrequin au niveau de cette lèvre provoquera une prise d’air et entraînera un défaut d’alimentation en essence, donc un mauvais graissage du cylindre et piston.

Il faut souffler très régulièrement cette poussière.


photo
Extraction du volant magnétique


photo
Attention aux bandes de frottement qui se décollent

photo
Le support moteur est retiré



Pour atteindre le vilebrequin, il faut séparer les deux demi-carters.
Cette opération est délicate, il ne faut pas abîmer le plan de joint et surtout, il ne faut jamais utiliser un marteau.
Un demi-carter est retiré mais le roulement est resté dans son logement

photo
L'extraction de l'autre demi-carter s'effectue à la presse hydraulique

photo
Le roulement est retiré à l'aide d'un extracteur-décolleur de roulement que j'ai modifié

Comme tous les moteurs sont différents, je fabrique un outil spécifique à chaque moteur, pour repousser le vilebrequin tout en retenant le demi-carter.
Cette opération s’effectue en douceur, sans choquer le vilebrequin qui est une pièce essentielle au bon équilibrage du moteur.

Avant de remettre les roulements du vilebrequin en place, je mesure toujours, à l’aide d’un comparateur, le jeu axial.
En fait, je vérifie la chaîne de côte établie par le constructeur du moteur.
Après avoir démonté un grand nombre de moteurs, j’ai constaté que les vilebrequins ne sont jamais calés, ce qui fait qu’ils finissent, avec le
temps, par glisser de quelques dixièmes de millimètres.
Ce problème n’est pas sans conséquence et il se produit une usure au niveau de la portée des roulements ou une usure des logements des roulements dans les demi-carters bas moteur.
photo

photo

photo

photo
Rondelles de calage du vilebrequin

Pour éviter tout cela, après avoir mesuré le jeu possible, j’utilise des
rondelles de calage calibrées et je ramène ainsi le jeu possible à 0,1 mm qui se réduit encore un peu avec l’élévation de température des matériaux.
Dans le cas de ce Moster 185, j’ai mesuré un jeu possible de 0,3 mm, j’ai donc utilisé deux rondelles de 0,1 mm, je les ai positionnées de chaque côté du vilebrequin, avant remontage.

C’est le moment de remonter les roulements de vilebrequin.
Pour ne pas abîmer les logements des roulements, j’élève la température des demi-carters en les plongeant quelques minutes dans l’eau bouillante et je retire les roulements du congélateur juste avant la mise en place.
photo

Avec cette méthode, parfois, je n’utilise même pas la presse. Pour l’assemblage des deux demi-carters de ce moteur, j’ai utilisé la presse en prenant bien soin de NE JAMAIS FORCER SUR LE VILEBREQUIN. Il ne faut pas oublier la pâte à joint avant de faire l’assemblage.
Pour des moteurs plus petits où les vilebrequins sont plus fragiles, je n’utilise pas la presse mais une méthode avec des rondelles.

photo

Après avoir remis en place l’embrayage, je remonte la petite poulie
à l’aide de la presse. Je l’ai extraite à l’aide d’un petit arrache moyeu.
Pendant que je m’occupe du cylindre, du piston et de la culasse,
je passe le carburateur aux ultra-sons.

photo

Nettoyage de la culasse, passage au marbre du plan de joint du cylindre/culasse et surtout, il ne faut pas oublier le débouchage du trou du décompresseur avec un foret de 2,5 mm, sans le casser !!!
photo

photo

Avant de remonter, il faut déglacer le cylindre à la toile émeri de 80, en créant de très fines rayures, hélicoïdales dans un sens, puis dans l’autre, de haut en bas et de bas en haut.
Tout est prêt pour remonter le haut moteur.
photo

photo

photo
Passage du cylindre au marbre


photo

Avant de remonter le carburateur, il faut vérifier la pression d’ouverture du
pointeau.
La membrane à clapet aspire l’essence du réservoir et la maintient sous pression sous le pointeau. De l’autre côté du pointeau se trouve la cuve, lorsque le moteur tourne, la cuve se vide, la pression baisse et le pointeau s’ouvre pour libérer de l’essence et maintenir la cuve au niveau maximum. Le pointeau est maintenu fermé grâce à un ressort qui agit sur un levier. C’est la pression exercée par le ressort qu’il faut mesurer. Sur un Walbro 37, la bonne pression doit se situer autour de 1 bar.

photo

Le remontage du carburateur ne pose pas de problèmes particuliers mais il faut juste respecter l’ordre des joints, surtout du côté de la membrane du compensateur de la pression atmosphérique.
photo

Avant de faire démarrer le moteur, il faut vérifier la valeur du squish.
C’est la valeur de l’espace compris entre le bord du piston et le bord de la culasse au Point Mort Haut du piston.
Pour ce type de moteur, le squish doit être compris entre 1,35 et 1,55 mm.
Avec le joint d’embase de 0,5 mm, c’était l’épaisseur d’origine, je mesure un squish de 1,65 mm.
Sur ce moteur, on pourrait mettre un joint d’embase de 0,3 mm sans abîmer le moteur. J’ai tout simplement gardé le montage d’origine.
Il faut régler la vis L et la vis H pour obtenir la meilleure linéarité possible.

Conclusion :
Sur ce moteur, la vis de richesse L était réglée à 50 minutes d’ouverture.
En hiver, l’air est plus dense, il faut rajouter de l’essence pour garder une bonne proportion air / essence et surtout un bon graissage, ce n’était pas le cas. Ce carburateur n’avait jamais été passé aux ultra-sons depuis trois ans, les diamètres des canalisations usinées étaient réduits à cause des composants chimiques de l’essence.

Claude, alias Tremoulet
le Mardi 10 Décembre 2019

Message de mirond'Ailes


.........Salut à tous les amis pilotes

Une partie de l'ancienne équipe de mirond'ailes a décidé de quitter le club,
une nouvelle équipe a pris le relais.
Nous souhaitons au club une bonne continuité, personne ne s'est fâché avec personne, nous nous voyons sans problème

Nous avons organisé de super rassemblements, fait de belles rencontres sans gagner d'argent mais c’était pas le but.
Nous sommes heureux d'avoir contribué à un certain type de rencontres.
Les ailes et les voiles sont dans le camp de la nouvelle équipe.
Nous avons fait le choix de devenir ambulant nomade.
Nous avons fait un groupe d'une douzaine de pm (paramoteur du lot et Garonne) obligé de squatter des bases de temps en temps.
On espère bien faire quelques virées si on nous invite.

Bon vols aux nouveaux mirond'ailes qui informeront de leurs projets.

Thierry R Serge Jean-Michel R et nos femmes préférées

bises
le Mercredi 16 Octobre 2019

Adieu Laurent !


Laurent nous a quitté la nuit dernière, des suites d'une maladie foudroyante.
C'était un ami d'enfance, nous nous étions connus au CM1 en banlieue parisienne !
Après le lycée, la vie nous avait géographiquement séparé, moi dans le Sud Ouest de la métropole, lui dans le Sud Est lointain, à La Réunion.
En 2006, il m'avait fait part de son rêve de voler. Je l'avais alors encouragé à se mettre au paramoteur, ce qu'il fit quelques mois plus tard. J'ai suivi ses débuts et j'ai pu partager quelques vols avec lui, dont sa première vache, sur la base de Montaigu. Puis il est retourné voler au dessus des baleines, à la Réunion, sa terre d'adoption.
Depuis, nous nous sommes revus régulièrement, et toujours avec grand plaisir. Ceux qui l'ont connu ont immédiatement apprécié sa présence et sa finesse d'esprit. Il s'était autoproclamé Président à vie du POC (Paramotor Oyster Club), ce qui en disait long sur ses goûts ...
Vous trouverez ses premiers vols sur paravroum, mais ne manquez pas son blog qui vaut vraiment le détour, car Laurent n'avait pas que des talents de pilote...

Son enthousiasme, ses écrits et son humour me manqueront à jamais.
Adieu Laurent, bons vols là-haut!
Patrice

PS: Je re-publie ici quelques news le concernant.


[2 Avril 2007] Art et Paramoteur


Souvenir d'un premier volSouvenir d'un premier vol
Voici un cadeau de ma soeur Nathalie: un tableau réalisé par ses soins d'après photo en moins de 2 heures....
je n'ai fait qu'un vol mais je suis déjà le sujet d'un tableau : pas mal non ?

Laurent, de La Réunion


[28 Septembre 2007] Bravo Laurent !


Laurent et Bernard
Laurent habite La Réunion et décide de se lancer dans une formation en Métropole, à Montaigu.

Il vient en Février et la météo pourrie pendant son séjour ne lui laisse que l'occasion de faire son premier vol :o(
Il revient en Septembre et cette fois il s'enquille 10 vols dans la semaine!
Après quelques jours de mauvais temps, il refait un vol nickel et obtient son Brevet avec les félicitations du Jury !
Quelques jours après, il faisait sa 1ère nav avec un Champion du Monde (Mathieu Rouanet)...

Bon, ok, mais maintenant on veut des photos de la Réunion vue du ciel !


Laurent

[4 Octobre 2009] Baleineau-thérapie, ou 2h d'un vol d'anthologie


Bras-Panon, Ile de La Réunion :
Décollage avant 8H00 dans les premières brises ; prise d'altitude et direction les hauteurs de St Benoit en direction de la Plaine des palmistes, un peu contré à l'approche du massif , je longe les crêtes où je vais de cascades en rivières cachées au dessus d'une végétation sauvage et inviolée : c'est somptueux et verdoyant, l'éclairage est magnifique.

Je remonte jusqu'à l'entrée du cirque de Salazie puis je décide de finir mon vol sur le rivage : et là , alors que j'avais décidé de retourner au terrain, un bouillonnement attire mon attention au large et deux baleines (une mère et son petit - vidéo ici) commencent un ballet aquatique incroyable: une demie heure de show extraordinaire ; j'appelle Cyril qui me rejoint rapidement ainsi que 2 trois-axes : ma plus belle émotion en paramoteur ( après mon premier vol).

De peur d'être à court de carburant, je laisse ces deux superbes cétacés à regret, mais malgré mes efforts : panne sèche et je finis ce vol mémorable, lamentablement vaché dans un champs de cannes à quelques dizaines de mètres de la piste, une dégueulante de dernière minute m'ayant empêché de me poser sur le terrain.

Quel vol, je vous en souhaite à tous de pareils.


Laurent